Décision d’un médecin de famille d’évaluer les symptômes indiquant un cancer


Une nouvelle étude indique que la décision d’un médecin de famille d’évaluer les symptômes indiquant un cancer pourrait expliquer les différences internationales au plan de la survie du cancer.  L’étude a porté sur les convictions, les comportements et les réseaux de soins primaires dans six pays ayant des systèmes de santé comparables. Les chercheurs ont analysé les réponses à un sondage réalisé auprès de médecins de famille (MF) sur la façon dont ils traiteraient différents patients présentant des symptômes indiquant un cancer du poumon, colorectal ou de l’ovaire. Les résultats de ce sondage ont été comparés aux taux de survie à un an pour ces formes de cancer dans chaque pays. Selon des chercheurs d’Action Cancer Ontario qui ont participé à l’étude, l’accès à des examens par le MF peut constituer un facteur contributoire qui justifie des examens plus poussés. Source: Observatoire international de la santé et des services sociaux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s